KORALIE

Originaire d’un village en petite Camargue, Koralie fait ses études d’architecture à Montpellier (1995-2001), en parallèle elle commence à exposer puis découvre le graffiti, une révélation, qui la pousse à peindre sur les murs des villes à partir de 1999. Elle devient une des premières femmes françaises à s’exprimer illégalement in situ. Peindre, dessiner et maqueter sont sa passion depuis l’enfance, elle va se consacrer rapidement à sa vocation  et devenir une artiste établie.
Elle s’est installée depuis 2017 sur la côte basque avec son mari l’artiste SupaKitch, après 4 ans à Brooklyn et 4 ans à Paris.
Koralie puise son inspiration de ses voyages, des différentes cultures et traditions des pays du monde : costumes folkloriques, monuments emblématiques et rituels animistes,  qui offrent une richesse esthétique, une variété de symboles propres à chacun. Elle abat les frontières en mélangeant des éléments de ces différentes origines, traditionnels et contemporains, et crée une harmonie multiculturelle onirique.
L’élégance de son travail si singulier se traduit par une recherche d’équilibre graphique et ethnique qui entrelace géométrie architecturale (symétrie, répétition) et organique (tressage, tissage).
Ses techniques, ses supports et ses outils varient selon son message et ses projets : peintures sur toiles ou murales, sculptures en bois et tissages, dessins vectoriels, installations, vidéos  …
Pendant 12 ans, Koralie se fait connaître par ses Geishkas, personnages sensuels et pudiques mi-geisha, mi-matriochka mêlés à l’esprit des Kachinas, qu’elle peint au 4 coins du monde. Puis à partir de 2012, elle réalise des architectures chimériques au style art deco.
Depuis quelques années, elle a mis en place une technique de pochoirs qu’elle définit comme un nouveau langage de création : chaque pochoir est un éléments de sa partition, elle compose à partir de différents motifs originaux des rosaces kaleïdoscopiques et des palmeraies, hommage à la nature.

UA-10513737-1